Pimp My Pegasos

image_pdf

Au début des années 2000, l'Amiga n’était déjà plus qu'un fantôme, Commodore ayant mis la clé sous la porte en 1994. Certains fabricants ont voulu prolonger la vie de l'Amiga. C'est ainsi que le Pegasos est né en 2002, une carte mère basée sur un processeur PowerPC G3 cadencé à 600 MHz. Conçu par d'anciens fabricants de cartes accélératrices pour Amiga, il a incarné l'Amiga nouvelle génération pendant les années 2000. Il faut dire que ce n'était pas simplement du hardware, c'était aussi du software, car le Pegasos était accompagné de Morphos, un système d'exploitation inspiré d'AmigaOS 3.1 toujours développé à ce jour.

Lors de la sortie du Pegasos, j'avais eu la chance de rencontrer le concepteur de la carte mère grâce à une manifestation organisée par le club informatique Bugss à Pessac. Un allemand très talentueux, nommé Gerald Carda, était venu d'outre-Rhin présenter sa carte mère.

Pegasos à Pessac
Moi (en 2002), le "Peg et le génial Carda

À l'époque je n'avais pas les moyens d'acheter cette carte. Et puis, même si j'avais encore de la curiosité pour l'Amiga, je dois avouer que j'étais passé au PC.

Achat

15 ans plus tard, lors d'une manifestation rétro-informatique, j'achète pour un prix honnête une vieille tour abritant le fameux Pegasos avec une carte graphique, un disque dur et un clavier.

L'intérêt pourrait être purement nostalgique, mais pas seulement. Le système d'exploitation Morphos étant toujours développé et tournant sur cette bécane, j'avais envie de découvrir tout le travail accompli sur cet OS depuis 2002.

Les amis Highlander et Sadirux, m'ont aidé à installer le dernier Morphos 3.11 sur mon vieux Pegasos. Dans l'agitation habituelle, je les ai vus taper plein de lignes de commande dans le firmware pour que ça boote. Je remercie également Jeff d'avoir prêté son DVD Morphos 3.11.

Note pour plus tard : même si Morphos gère les claviers USB, il faut utiliser un modèle PS2 pour accéder au firmware du Peg.

Un boitier "crystal"

De retour à la maison, je ne suis pas déçu par Morphos, mais plutôt par l'aspect de la vieille tour boursouflée et poussiéreuse des années 2000, avec ses ventilateurs bruyants. Par respect pour ce "Peg", j'ai décidé de lui donner un coup de jeune.

Fasciné par les tours en verre "Crystal" de Corsair, j'ai cherché en vain un modèle pour emballer une petite carte mère micro ATX. Quelque chose de sexy pour que je puisse frimer. J'ai trouvé un revendeur chinois qui proposait ceci pour 75 € port compris :

Cette tour ressemble à un arbre de Noël, c'est ce qu'il me faut !

J'ai donc commandé la tour, puis deux semaines plus tard, j'ai profité de mes vacances dans l'Aveyron pour commencer à monter le cube de plexiglas.

Montage de la tour plexi, soirée d'été, beau paysage

De retour à la maison, je visse la carte mère. Elle se cale parfaitement, les concepteurs du "Peg" ont respecté des dimensions standards micro ATX.

Ensuite, je bidouille une alimentation noire Be quiet récupérée dans une poubelle (je récupère des trésors dans les poubelles, oui). Elle est beaucoup plus jolie que l'ancienne, aussi grise que basique. Mais il faudra que je passe un après-midi à dessouder tous les câbles inutiles qui risqueraient d'encombrer fortement mon vivarium. J'y ai passé un après-midi, ce fut pénible et j'ai bien regretté que ce ne soit pas une alimentation modulaire.

Je n'ai gardé que 2 câbles d'alimentation : un pour la carte mère et l'autre pour le disque dur.

Voici le résultat final, éblouissant de beauté :

pegasos dans boitier qdiy
Non ce n'est pas un aquarium, c'est un Pegasos

Parmi les améliorations :

  • Un câble rond pour la nappe IDE avec un seul connecteur (difficile à trouver), le lecteur DVD ayant dégagé, modernité oblige.
  • Un ventilateur Corsair dont je n'ai pas pu contrôler la vitesse par Morphos. J’ai donc installé un potentiomètre sur la façade pour gérer les rotations par minute.
  • Un clavier PS2 de bonne qualité sur lequel j'ai remis l'ancien sticker "Pegasos". L'ancien clavier était défaillant, je ne pouvais même pas faire le reset Amiga au clavier.
  • Des petites LED bleues récupérées sur l'ancienne tour, histoire de faire scintiller tout ça dans la nuit.
L'arrière du "Peg" dans sa tour QDIY

Pour finir, le voici en fonctionnement, avec le tout frais Morphos 3.11 :

pegasos et morphos 3.11
On peut même aller sur Internet avec Origin Web Browser, mais il ne faut pas être pressé.

Côté réseau, j'ai dû me rabattre sur ce petit boitier wifi branché sur le connecteur RJ-45 car il n'existe pas de carte PCI wifi gérant le WPA pour Morphos.

Le petit boitier Vonets fait son affaire, mais j'aurais préféré une carte Wifi PCI

Conclusion

Je suis ravi d'avoir rénové ce petit Pegasos, il méritait bien un emballage spécial pour valoriser cette carte mère unique. J'ai toujours aimé les boitiers transparents, comme ceux des horloges, car une carte mère c'est beau, surtout quand c'est un modèle rare.

Morphos 3.11 est très stable et rapide sur cette bécane conçue en 2002, sauf quand j'utilise OWB, les plantages sont assez fréquents et la navigation est assez lente, ce qui est normal vu la cadence modérée du processeur. Pour le reste, tout fonctionne plutôt bien. J'ai même eu la joie de faire tourner l'émulateur CPC Ace qui fonctionne désormais sans l'Altivec, cette unité de calcul dont le Pegasos 1 est dépourvu.

Je regrette cependant de ne pas pouvoir essayer AmigaOS 4.1 qui requiert un Pegasos 2 minimum.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.